Plan de garantie

Des bâtiments résidentiels neufs

Vous êtes ici :
  1. Accueil
  2. Condo
  3. Quel est votre plan?
  4. Contrat de garantie

Contrat de garantie

Votre entrepreneur doit vous remettre une copie signée du contrat de garantie approprié à votre condo neuf. À partir du moment où vous êtes en possession d’un double du contrat dûment signé, vous et votre entrepreneur devez respecter les obligations prévues au contrat.

Ce contrat contient tous les détails sur les protections offertes par le plan de garantie, ainsi que sur les procédures de réclamation et les recours possibles en cas de problème avec votre entrepreneur. N’oubliez pas de vous y référer au besoin, il est votre meilleur allié!

En ce qui vous concerne, vos obligations sont principalement de :

  • faire consciencieusement l’inspection préréception de votre condo en compagnie de votre entrepreneur et remplir la liste qui vous a été remise par ce dernier;
  • respecter les délais et procédures prévus au contrat et au Règlement.

Le contrat de garantie doit également comporter les données suivantes :

  • vos nom et adresse ainsi que ceux de l’entrepreneur;
  • la date et l’adresse du lieu où le contrat est signé par l’entrepreneur;
  • la description du bâtiment qui fait l’objet de la garantie;
  • les nom, adresse et numéros de téléphone et de télécopieur de l’administrateur (son adresse courriel pourrait aussi y figurer);
  • les numéros d’accréditation et de licence de l’entrepreneur et les mots «titulaire d’une licence de la Régie du bâtiment du Québec»;
  • le caractère obligatoire de la garantie.

Le contrat de garantie doit également comporter la mention «Approuvé par la Régie du bâtiment du Québec» ainsi que le numéro de la décision de la RBQ et la date qui s’y rapporte.

Évitez les mauvaises surprises...

N’oubliez surtout pas de faire préciser les modalités du calcul de la superficie de votre unité privative dans le contrat de vente ou dans le contrat d’entreprise.

Exemple : certains entrepreneurs mesurent une unité à partir d’un mur extérieur jusqu’à l’autre (ce n’est pas illégal), ce qui ne correspond pas à la surface habitable. Calculé de cette manière, le contrat de vente pourrait donc mentionner une superficie de 1200 pi2 alors que la surface habitable serait véritablement d’un peu plus de 900 pi2.

Donnez-nous vos commentaires...

Le champ précédé d'un astérisque ( * ) doit être rempli.
*Les informations présentées dans cette page sont :